Point porté à l’ordre du jour par M. Hendrick

Réponse de M. Van Nuffel, Echevin de l’Espace public

Je vous remercie pour votre question. Comme vous le rappelez fort bien il s’agit d’un chantier d’initiative régionale qui se déroule en voirie régionale.

C’est donc Bruxelles-Mobilité, Direction des Infrastructures de Transports Publics (la DITP) qui pilote cette phase 1.1 du chantier du tram 9.

Je vais prendre quelques instants pour nous rappeler collectivement comment se gère un tel chantier :

Tout d’abord, l’installation et la maintenance de la signalétique de chantier relèvent de la responsabilité de l’entrepreneur général (Eurovia), et sont opérés par son sous-traitant spécialisé (Féro). La signalétique de chantier est placée sous contrôle de la DITP, avec l’accord du gestionnaire de la voirie (en l’occurrence ici aussi Bruxelles-Mobilité) et de la Commission de Coordination des Chantiers. C’est cette dernière qui autorise – ou non –  l’exécution des travaux et qui en fixe le phasage et les conditions, les déviations de trafic nécessaires, etc. en fonction de l’avancement du chantier.

La commune et la police (Direction du trafic) sont représentées au sein de cette commission.

Comme pour tout chantier d’importance, une réunion de chantier se tient à intervalles réguliers. La 5ème réunion depuis l’installation de chantier s’est ainsi tenue le 11 mai 2015, soit le jour de votre constat, et la suivante se tiendra le lundi 1er juin. Pilotée par Bruxelles-Mobilité, la réunion de chantier rassemble de nombreux intervenants afin de garantir la bonne circulation de l’information entre tous : les services Bureau d’études, Feux tricolores, Plantations et fontaines, Eclairage, et Communication de Bruxelles-Mobilité, les communes de Jette et Wemmel, l’hôpital UZ Brussel, les pompiers, la STIB, Vivaqua, Sibelga et Télénet, et bien entendu les bureaux d’études externes chargés de la conception du projet.  Tous ces intervenants sont donc régulièrement tenus au courant de l’avancement des travaux, et peuvent relayer leurs préoccupations lors de ces réunions de chantier.

Rien ne se fait sans que tous les intervenants que j’ai cités ne soient associés aux décisions, ou au moins informés des décisions prises, s’ils n’étaient pas représentés à la réunion de chantier. Et chaque intervenant dispose évidemment des coordonnées de contact de tous les autres.

Je crois qu’il était important de préciser ceci, certains articles de presse ayant pu laisser croire que les pompiers, par exemple, n’étaient pas informés de l’organisation du chantier, ce qui est évidemment inexact.

Précisons encore que d’autres contacts et concertations ont lieu en fonction des nécessités, comme par exemple avec la police fédérale pour ce qui concerne les impacts du chantier sur le Ring.

Malgré toute cette préparation, les premiers jours du chantier ont suscité de très grosses perturbations du trafic automobile, des lignes de bus, et même des véhicules de secours. En réaction, diverses mesures, dont, notamment à la demande insistante de la commune, un important dispositif policier, ont été mises en place pour réguler le trafic aux carrefours névralgiques (Ancienne Barrière, Exposition/Arbre Ballon, sortie du Ring, etc.). J’y reviens dans un instant.

Entretemps, les déviations ont déjà évolué et la situation du trafic s’est plus ou moins normalisée. Je ne vais donc pas rentrer ici dans le détail de vos observations, qui ont été communiquées au service Espace Public afin de les relayer au responsable du chantier. Un chantier est par nature évolutif, les déviations en place seront donc modifiées de semaine en semaine, voire parfois d’un jour à l’autre, en fonction de l’avancement du chantier. Bien entendu si l’une ou l’un d’entre vous observe quelque chose à signaler au responsable de chantier, je vous invite dans un souci de réactivité optimale à le signaler à l’ombudsman désigné à cette fin par la Bruxelles-Mobilité, Monsieur Johan Van Laer (0497 58 22 57), présent chaque jour sur le site, dans la baraque de chantier.

La commune de Jette est et restera particulièrement attentive à la gestion de ce chantier, le plus grand que notre commune ait connu de longue date. Tous les services concernés, ainsi que le Bourgmestre et moi-même, ne ménageons pas nos efforts pour « lobbyer » auprès de la Région dans l’intérêt des Jettois, et de toutes celles et ceux qui se rendent à proximité du chantier. C’est bien pourquoi nous vous proposerons à notre prochaine séance du conseil de juin, d’approuver la demande à la Région d’un « contrat de mobilité » de 2015 à 2018 au bénéfice de la zone de police Ouest pour résoudre les problèmes de circulation relatifs liés aux travaux du tram 9 sur les voiries régionales.

Nous avons sollicité pour cette 1ère phase de travaux un effectif de 11 policiers de 15 à 18 heures durant les jours ouvrables pour réguler la circulation entrante et sortante de la commune de Jette, veiller à maintenir de bonnes conditions de circulation sur les voiries prioritaires et veiller au dégagement des carrefours prioritaires, notamment dans les carrefours suivants :

-avenues de l’Exposition – Arbre Ballon et chaussée Romaine, à raison de 2 policiers ;

-sortie du ring n° 9, à raison de 1 policier ;

-avenues du Laerbeek et de l’Arbre Ballon devant l’entrée de l’UZ Brussel, à raison de 2 policiers ;

-avenues de l’Exposition – Arbre Ballon et place de l’Ancienne Barrière, à raison de 3 policiers ;

mais aussi aux points de conflit suivants :

-chemin des Moutons, école Prés Verts, à raison de 1 policier ;

-les entrées–sorties des 2 parkings de l’UZ Brussel et le dégagement de la bande bus et véhicules prioritaires, à raison de 2 policiers (1 par parking).

J’en viens à votre demande relative à l’établissement d’un parking provisoire compensant les places perdues du fait du chantier, comme nous l’avons organisé le long du parc Huybrechts dans le cadre du chantier de l’avenue Charles Woeste :

1° cela semble nettement moins justifié que dans le quartier de l’avenue Charles Woeste, car ici tous les immeubles riverains sont équipés de garages dont la plupart restent accessibles pendant le chantier.

2° il n’y a pas de « poche » de stationnement supplémentaire disponible à proximité du chantier, si ce n’est sur l’avenue du Laerbeek, dans sa partie longeant le bois du Poelbosch, où la pression de stationnement nocturne est quasi nulle. Inutile dès lors de réserver cette zone de stationnement au profit exclusif des riverains immédiats du chantier. La situation du stationnement aux abords du chantier pourra toujours être reconsidérée ultérieurement, mais à ce stade il n’y  a donc pas à notre sens de mesure particulière à prendre.

Question de M. Hendrick

Cela fait douze ans que le projet de la ligne tram 9 est dans les cartons de la région mais son délai de mise en œuvre a été contrarié par de nombreuses réticences et des questions budgétaires. Cela fait douze ans que le projet de la ligne tram 9 est dans les cartons de la région mais son délai de mise en œuvre a été contrarié par de nombreuses réticences et des questions budgétaires. Cela fait douze ans que le projet de la ligne tram 9 est dans les cartons de la région mais son délai de mise en œuvre a été contrarié par de nombreuses réticences et des questions budgétaires. Ce projet de ligne de tram rapide a fait couler beaucoup d’encre depuis une bonne dizaine d’années. Le premier à l’avoir envisagé fut le ministre Jos Chabert, en 2003. C’est un projet régional et la commune, notre Bourgmestre en tête, a extrêmement bien géré ce dossier, en particulier au niveau des contreparties obtenues et du plan de communication autour de ce chantier. Je parle ici du site internet tram9.brussels qui regorge d’informations.

Alors que l’essentiel des craintes reposaient sur les conséquences du chantier lorsqu’il arrivera près de la place Reine Astrid, les travaux préparatoires démarrés début de ce mois nous ont démontrés que les problèmes peuvent se poser ailleurs également. Le 11 mai dernier sur l’avenue de l’Arbre Ballon, des ambulances et véhicules de pompiers ont été paralysés dans le trafic durant plus de 70 minutes. L’ouverture du chantier par la police a été nécessaire pour sortir de cette situation ubuesque.

Depuis lors des panneaux réglant la circulation ont été installés et un policier vient aux heures de pointe réguler la circulation, ce qui améliore grandement la situation.

Mon interpellation de ce jour vise à remonter quelques constats réalisés sur place ce week-end de l’Ascension afin de voir si le collège peut remonter ceux-ci auprès du gestionnaire de chantier :

1. Lorsque l’on remonte l’Avenue de l’Arbre ballon en voiture on est obligé de passer par une bordure très élevée et la vision des voitures et bus venant de la chaussée Romaine ou de la sortie 9 de l’autoroute est très mauvaise ce qui risque de provoquer de nombreux accidents.

Lors du passage pour réaliser les photos que vous pouvez voir en annexe de cette interpellation, un véhicule a failli créer un carambolage suite à cette mauvaise visibilité. Les voitures venant de la droite ont du se déporter pour éviter l’accrochage.

2. Le deuxième point noir concerne la sortie de l’autoroute qui s’apparente à un parcours de Gymkhana, les barrières et panneaux peuvent induire en erreur les conducteurs. En particulier le premier panneau indiquant de tourner à droite alors que cet axe est réservé aux véhicules prioritaires pouvant venir de l’autre sens…

3. Troisième et dernier point ; Le Parking pour les riverains qui est réduit drastiquement et nombreux sont ceux qui entrent désormais dans les Jardins de Jette chercher un emplacement.

J’aimerais donc proposer les solutions suivantes au collège : Installation d’un miroir à l’endroit du demi-tour obligatoire sur l’avenue de l’Arbre Ballon pour améliorer la visibilité. Marquage au sol plus clair au niveau de la sortie de l’autoroute. Permettre aux riverains de se garer dans une zone comme cela a été fait autour du parc Huybrechts le temps du chantier de l’avenue Charles Woeste.

Je vous remercie pour votre écoute et j’espère que ces points d’attention pourront être relayés pour améliorer ce chantier du tram 9.

Share This