Point porté à l’ordre du jour à la demande de Mme Kwiat

La circulation routière et le parking sont devenus impossibles, voire dangereux et sources d’accidents réguliers dans la drève de Dieleghem et la rue Jan Verdoodt. Voici quelques photos de la réalité quotidienne devenue trop dangereuse.et cause de nombreux accidents.

En effet, les accidents sont devenus monnaie courante depuis que les voitures sont autorisées à garer sur l’autre côté de la rue aussi c’est-à-dire sur le côté de la station d’essence Lukoil et depuis que toutes les autres rues avoisinantes sont devenues zones bleues. Pire encore, les camions poubelles et plus grave encore, les pompiers, n’arrivent plus à passer et les riverains n’arrivent plus à sortir leur voiture de leur garage pour aller au travail. En effet, la rue est trop étroite pour manoeuvrer et sortir des garages car il y a des voitures garées des deux côtés de la rue à présent.

D’ailleurs, comme vous le constatez sur les photos, la police a du intervenir plusieurs fois et est venue constater la situation catastrophique. Il y a de plus en plus d’accidents de voitures. L’agent de police Segers a même rédigé une fiche d’informations à l’attention du commissaire Gorteman car la situation est devenue trop dangereuse et la circulation routière impossible.

D’ autre part, lorsque les riverains tentent de sortir leur véhicule de leur garage, ils risquent à tout moment d’accrocher les voitures garées à droite, à gauche et sur le trottoir d’en face. Plus grave encore, en sortant la voiture du garage, il est impossible de voir si il y a des voitures qui arrivent car le champ de vision est tout à fait bloqué par les voitures garées des 2 côtés du garage. Ce qui rend la situation très dangereuse et provoque de nombreux accidents. L’agent de police Segers et son équipe sont également d’avis de placer un panneau E1 interdiction de garer tout le long du trottoir côté de la station d’essence Lukoil afin de résoudre les problèmes de saturation de circulation et de parking. Il y a deux ans, Monsieur le Bourgmestre a pris le temps de venir à plusieurs réunions de quartier en vue de résoudre ce même problème. Il était même accompagné d’un commissaire de police. Mais, étonnamment, malgré les promesses, aucune suite n’a été donnée à ce dossier.

Voici mes questions :

1. Pourriez-vous mettre des panneaux zones bleues dans la drève de Dieleghem et la rue Jan Verdoodt afin que toutes les voitures des rues avoisinantes qui sont toutes zones bleues ne viennent plus se garer dans la drève de Dieleghem et la rue Verdoodt.

2. Pourriez-vous mettre des panneaux E1 d’interdiction de garer drève de Dieleghem côté de la station Lukoil ?

Réponse de Mme Gallez, Echevine de la Mobilité

J’entends bien votre désir de disposer d’une voirie moins encombrée, mais ceci est le lot de toutes les voiries de Jette et toutes les personnes ici présentes qui ont un garage vous diront combien il est délicat de sortir son véhicule lorsque des autos sont garées de part et d’autre de la voie carrossable, que la zone soit résidentielle ou non. Je trouve entre parenthèse curieux de demander qu’une zone résidentielle ait un statut particulier en matière de stationnement parce qu’elle est résidentielle. Je me suis rendue personnellement pendant une semaine, quotidiennement, dans ces rues, tantôt le matin, tantôt le midi, tantôt le soir. J’y ai toujours trouvé une place légale pour stationner, et j’ai arpenté le trottoir pour observer le trafic automobile. Je n’ai rien trouvé de répréhensible ou de scandaleux, pour qui sait manoeuvrer une auto patiemment. Le seul élément à remarquer est la persistance du stationnement illégal dans la zone non autorisée proche du carrefour avec l’avenue de l’Exposition.

Je me permets aussi de reprendre une partie de la réponse à la pétition qui a déjà été envoyée à ce sujet : « le stationnement bilatéral, loin d’être un facteur de danger, oblige les véhicules à se croiser devant une entrée de garage ou une place libre et c’est plutôt un facteur de sécurité qui incite les conducteurs à lever le pied et à respecter les 30 km/h requis. »

Par ailleurs, pour couper les ailes au catastrophisme de certains, la largeur de la drève de Dieleghem est de 7 mètres 45 à 7 mètres 50 ; tenant compte du stationnement de 1,80 mètres de chaque côté, il reste 3,85 à 3,90 mètres pour la voirie, ce qui est amplement suffisant pour circuler avec des véhicules des pompiers ou de Bxl Propreté qui ont une largeur maximum de 2,50 mètres. Et pour avoir croisé chaque jour des véhicules, je n’ai pas eu le sentiment d’un danger spécifique. Mais il est vrai que je suis une conductrice prudente.

Comme il y a un réel besoin d’emplacements de stationnement en journée dans le quartier pour l’instant, je ne suis personnellement pas favorable à l’interdiction de stationnement d’un côté de la rue. Par contre, il me semble que mettre des marquages au sol fixant les emplacements de stationnement pourrait mieux discipliner les automobilistes. J’en ai donc fait part à mon collègue de l’espace public, Bernard Van Nuffel, qui accueille favorablement cette suggestion.

Enfin, à propos de la zone bleue, je vous propose de venir à l’une des réunions proposées par la commune avec l’aide de notre bureau d’études sur la mobilité pour présenter les zones règlementées du plan de stationnement. Ces réunions seront indiquées dans le Jette-info de ce prochain mois, aussi je lance l’invitation à tous les membres de l’assemblée. Elles auront lieu le 9 juin de 18h30 à 20h30 à l’école du Poelbos, le 16 juin de 18 à 20h au Florair 2, le 18 juin de 18 à 20h à la salle Jan Verdoodt de la bibliothèque néerlandophone, et enfin le 23 juin de 18h30 à 20h30 à l’école Clarté. Ces réunions se font avant l’enquête publique officielle de manière à entendre les attentes de la population avant de lancer le projet de plan.

Tout jettois pourra s’informer du projet et faire ses remarques ou ses suggestions sur le plan proposé, ce sera donc l’occasion de défendre votre point de vue.

Comme je l’ai déjà dit, la mobilité n’est pas une science exacte et tout le monde a son point de vue dans ce domaine, que ce soit la police, les experts en mobilité, ou n’importe quel citoyen comme vous et moi. Un moment d’écoute privilégié est donc nécessaire dans l’intérêt général de tous, que ce soit les habitants, les travailleurs ou les visiteurs de notre commune.

Share This